Robert Dutrisac / Le Devoir :

Afin de favoriser les intérêts privés d’une entreprise forestière en Abitibi, le gouvernement Couillard a fait fi des avis des scientifiques de l’État préoccupés par la survie d’une harde de caribous forestiers, une espèce vulnérable. La vingtaine de bêtes sauvages seront capturées pour finir leur vie au zoo de Saint-Félicien, dans le patelin et la circonscription du premier ministre.

À lire : Plus de 14 000 signatures contre le transfert des caribous de Val-d’Or au Zoo de Saint-Félicien

En campagne électorale, Philippe Couillard nous avait prévenus : « pas une seule job dans la forêt » ne serait sacrifiée pour la protection des caribous forestiers au Québec. Il a tenu parole avec cette décision de laisser la société EACOM (anciennement Produits forestiers Domtar) construire un chemin forestier dans la réserve de biodiversité des Caribous-de-Val-d’Or, créée en 2009. La compagnie veut accéder « économiquement » à un approvisionnement annuel de 200 000 mètres cubes de bois sur un territoire situé à l’est de la réserve faunique.

(…)

En décembre 2015, lors de la réunion COP21 à Paris, Philippe Couillard avait projeté une image résolument environnementaliste, annonçant qu’il n’y avait pas d’avenir pour les hydrocarbures au Québec et la fin du gaz naturel en 2050. Le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, avait toutefois voulu nuancer ces propos. « Jugez nos actions depuis que nous sommes là », avait-il déclaré.

En effet, il existe souvent un décalage entre la posture environnementaliste du gouvernement Couillard et ses actions en faveur d’intérêts privés. L’an dernier par exemple, il aura fallu l’intervention d’Ottawa pour assurer la protection partielle d’un des derniers habitats au Québec de la rainette faux-grillon, habitat menacé par un développement immobilier appuyé par les libéraux.

Le même gouvernement avait autorisé TransCanada à faire des forages exploratoires à Cacouna, dans une zone de reproduction du béluga, autorisation qui fut bloquée par la cour avant d’être annulée. Dans le cadre de sa Stratégie maritime, il envisage de créer une zone industrialo-portuaire à Cacouna, et une autre à Saguenay, dont le béluga fréquente le fjord. Or Ottawa a confirmé, mercredi, l’inscription officielle du béluga du Saint-Laurent comme espèce en voie de disparition. Philippe Couillard affirmera-t-il que « pas une seule job » ne sera perdue à cause des bélugas ?

Lire sur Le Devoir