Alexandre Duval / ICI Radio-Canada :

Transformer des conteneurs de marchandises en unités de production d’aliments frais : l’idée est simple, mais prometteuse pour les Inuits du nord du Québec. Un projet de recherche mené à l’Université Laval veut outiller les habitants du Nunavik pour qu’ils puissent produire des fruits, des légumes et même du poisson à longueur d’année dans leur climat rigoureux.

Sur un terrain de l’Université, deux anciens conteneurs métalliques sont superposés. Des étudiants y effectuent des travaux dans le but d’en faire une ferme aquaponique verticale : l’eau dans laquelle grandiront des poissons, à l’étage du dessous, servira aussi à nourrir des végétaux comestibles, à l’étage du dessus.

L’idée n’est pas nouvelle. Ces conteneurs ont été prêtés par la compagnie montréalaise ÉAU. L’été dernier, ils étaient installés aux abords du marché Jean-Talon, à Montréal, et produisaient notamment du tilapia, des tomates et du chou frisé.

« On a eu beaucoup de succès », indique Benjamin Laramée, qui travaille pour ÉAU et qui est aussi doctorant en sciences animales à l’Université Laval.

Lire sur ICI Radio-Canada