Nora Chabib / Le Journal de Québec :

Deux étudiantes de l’École Polytechnique ont inventé une pellicule plastique à partir de carapaces de crabes, crevettes et homards qui est non seulement biodégradable, mais aussi antibactérienne.

Nouri Ardila et Mounia Akroun commencent avec de la chitosane, une fibre extraite de la carapace des crustacés généralement utilisée pour l’assainissement des eaux dans des stations d’épuration, surtout en Asie.

Cette poudre arrive dans leur laboratoire débarrassée de tous les résidus d’allergènes et décolorée pour éviter la couleur rouge qu’on connaît aux fruits de mer après leur cuisson. Elle est ensuite mélangée avec de l’eau et de l’acide acétique, équivalent du vinaigre, puis passée dans une machine qui évapore le liquide et laisse une pellicule fine.

Compostable
Le résultat ressemble de très près à la pellicule plastique de 0,03 mm que tout le monde utilise à la maison.

Lire sur Le Journal de Québec