Pétition de Greenpeace :

La récente suspension des audiences de l’Office national de l’énergie (ONÉ) pour l’évaluation du projet de pipeline Énergie Est de TransCanada, ainsi que la récusation de trois de ses commissaires, de son président et de son vice-président, à la suite de la rencontre secrète entre des membres de l’ONÉ et l’ancien Premier ministre du Québec Jean Charest, alors qu’il était rémunéré par TransCanada, sont les derniers signes que les processus d’évaluation des oléoducs au Canada sont biaisés, dysfonctionnels et antidémocratiques. Ils ont perdu toute légitimité.

Nous demandons :

  1. La réforme de l’ONÉ et une enquête indépendante afin de faire la lumière sur ses nombreuses lacunes, y compris celles qui entourent « l’Affaire Charest ».
  2. Une refonte complète du processus d’évaluation environnementale et l’application d’un nouveau processus crédible à tous les projets énergétiques, y compris ceux dont l’évaluation est déjà commencée.
  3. L’adoption de politiques et d’objectifs pour la protection du climat dans le respect de l’Accord de Paris et de la Déclaration des Nations-Unies sur les droits des peuples autochtones, et leur application à tous les projets énergétiques, y compris ceux dont l’évaluation est déjà commencée.

Monsieur le Premier Ministre Trudeau, arrêtez cette mascarade. Tenez votre promesse de réformer les évaluations environnementales et donnez aux Canadien-ne-s un processus d’évaluation ainsi que des politiques crédibles dans lesquels ils peuvent avoir confiance.

Signer la pétition sur le site de Greenpeace

Blogue de Greenpeace : Pourquoi réformer l’ONÉ pourrait bloquer le pipeline Énergie Est de TransCanada