Alexandre Shields / Journaliste, Le Devoir :

L’omniprésence des permis d’exploration pétrolière et gazière dans le Bas–Saint-Laurent aurait pour effet de bloquer les efforts de protection de portions importantes du territoire pourtant déterminées et soumises au gouvernement depuis près de trois ans, conclut un nouveau rapport dont Le Devoir a obtenu copie. Dans la foulée d’un exercice de consultations publiques mené en 2013 par la Conférence régionale des élus du Bas–Saint-Laurent, sept territoires au total ont été formellement déterminés comme aires protégées candidates et proposés comme tels au ministère de l’Environnement du Québec dès juin 2013.

Lire sur Le Devoir