Alexandre Shields / Le Devoir :

« L’hypothèse la plus plausible » est que ce pétrole proviendrait de « résidus » d’un déversement survenu il y a près de 17 ans à une station de pompage de l’entreprise Pipe-Lines Portland Montréal (PLPM)

Un déversement de pétrole provoqué par le pipeline Montreal-Portland en 1999 a laissé un héritage toxique dans le sol pendant 17 ans. Le ministère de l’Environnement du Québec vient en effet d’intervenir pour nettoyer un fossé de Saint-Césaire, après la découverte de pétrole brut laissé sur place malgré les travaux de décontamination de l’époque. Selon les informations obtenues auprès du porte-parole du ministère de l’Environnement Daniel Messier, le ministère des Transports a découvert récemment des « mares » de pétrole « par hasard », dans le cadre de travaux de réfection d’un ponceau. Les équipes du ministère de l’Environnement dépêchées sur place ont par la suite pompé plus de 2500 litres d’« eaux huileuses » chargées de pétrole brut, en plus d’excaver 30 tonnes de « sols contaminés ». (…)

Des personnes à l’emploi de Pipe-Lines Portland Montréal ont par ailleurs expulsé un photographe de La Voix de l’Est qui tentait de prendre des photos sur le site où ont été menés les plus récents travaux de décontamination à Saint-Césaire. Le photographe aurait même été insulté et des employés auraient tenté de saisir son appareil.

Lire sur Le Devoir