Alexandre Shields / Le Devoir :

La pétrolière évoque des «obligations» de la part de Québec en cas d’arrêt du projet pétrolier

Pétrolia entend poursuivre l’exploration pétrolière sur l’île d’Anticosti, malgré l’appui du gouvernement à la candidature à l’UNESCO et la volonté de protéger la totalité du territoire de l’île d’ici trois ans. Mais l’entreprise évoque déjà des « obligations » de la part de Québec en cas d’arrêt du projet pétrolier.

En attendant une éventuelle décision quant à l’inscription de l’île d’Anticosti sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, « il n’y a rien qui empêche la poursuite du développement des hydrocarbures sur l’île », a fait valoir Pétrolia jeudi, par la voie d’une courte déclaration écrite.

L’entreprise, qui dirige les travaux terrain pour la société en commandite Hydrocarbures Anticosti, a ainsi rappelé qu’elle a déjà obtenu « toutes les autorisations et tous les permis pour procéder à la poursuite des activités de mise en valeur de la ressource ».

Lire sur Le Devoir

Pétrolia compte poursuivre l’exploration sur Anticosti

Martin Croteau / La Presse :

(…) Le gouvernement Couillard a confirmé mercredi son appui à ce qu’Anticosti soit nommée site patrimonial par l’UNESCO. Le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, a alors précisé qu’il sera impossible d’extraire du pétrole de l’île si elle obtient ce tire.

Sauf qu’aux yeux de Pétrolia, l’opérateur du projet, la décision de Québec ne change rien au calendrier des travaux. L’entreprise rappelle qu’elle « détient tous autorisations et les permis pour procéder à la poursuite des activités de mise en valeur de la ressource ».

Elle laisse aussi entendre qu’elle pourrait exiger d’être dédommagée si Québec devait bannir l’industrie pétrolière sur l’île.

« Dans l’éventualité ou les activités de développement soient restreintes dans le futur, il est clair que le gouvernement aurait certaines obligations envers les détenteurs de permis et ses partenaires relatifs à une telle décision », a indiqué Pétrolia.

L’entreprise fait également valoir que c’est le gouvernement fédéral – et non celui du Québec – de choisir ou pas de présenter la candidature de l’île d’Anticosti pour la désignation de l’UNESCO.

Lire sur La Presse

ICI Radio-Canada : UNESCO : pas question pour Pétrolia de partir d’Anticosti

Communiqué de la CAQ : Reconnaissance à l’UNESCO – « Philippe Couillard poursuit son opération de sabotage dans le dossier Anticosti » – Chantal Soucy