Tania Larivière – L’auteure, Anishinabegkwe, est représentante jeunesse pour Femmes autochtones du Québec / Le Devoir, extrait d’un texte paru dans la revue Relations, juin 2017, volume 790 :

Les lunes ont passé. Les peuples autochtones sont désormais aux prises avec une pléthore de luttes qui les opposent à d’authentiques géants, dignes des légendes transmises par la voix de leurs ancêtres. Mais l’épopée moderne ne concerne en rien les créatures mythiques de l’Ancien Monde ; elle raconte plutôt l’histoire des militants et des militantes qui, dans un élan d’autodétermination, crient haut et fort les revendications de tous les peuples qui partagent désormais la grande île de la Tortue.

Ici, au Québec, c’est au projet d’oléoduc Énergie Est, proposé par la société pétrolière albertaine TransCanada, que les peuples autochtones font maintenant face. L’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador s’y oppose catégoriquement, estimant que les dangers que pose ce projet pour l’environnement sont inacceptables et que cela prime les faibles retombées économiques potentielles pour leurs communautés. Ce cas illustrant bien la difficulté de concilier le développement et la préservation de l’intégrité du territoire, ils ont préféré adopter une position en faveur de cette dernière.

Lire sur Le Devoir

Radio-Canada : Un festival de cinéma sur le thème des manifestations anti-pipeline à Standing Rock