Isabelle Porter / Le Devoir :

Le projet du Phare à Sainte-Foy et la réouverture du Plan particulier d’urbanisme (PPU) qu’il nécessite ont miné la confiance des citoyens envers le processus de consultation publique de la Ville de Québec, selon un rapport.

Les plans particuliers d’urbanisme sont en proie à « la perte de confiance », peut-on lire dans un rapport de l’Institut du Nouveau Monde (INM) commandé par la Ville de Québec.

Or il aurait été « imbécile » de procéder autrement, dit le maire Régis Labeaume. « Dans la vie d’une communauté, un projet immobilier de 650 millions de fonds privés, c’est très rare. On aurait été tout à fait imbéciles de ne pas le considérer parce que le PPU existait. Voilà. C’est exceptionnel, c’est un projet exceptionnel. »

Entre 2011 et 2016, la Ville de Québec avait consulté la population sur le zonage dans le secteur du futur Phare, et un nouveau Plan particulier d’urbanisme avait été adopté. Or le projet du Phare qu’elle souhaite voir se réaliser fait 65 étages, soit beaucoup plus que ce que le Plan prévoyait.

« De nombreuses parties prenantes rencontrées se questionnent légitimement sur l’impact réel que les citoyens ont eu dans le processus décisionnel et sur la solidité ses orientations du PPU, peut-on lire. Car bien qu’il ait fait l’objet de deux séries de participation publique, il doit déjà être modifié, moins de deux ans après son adoption. »

Lire sur Le Devoir