Alexandre Shields / Le Devoir :

L’Office national de l’énergie a annoncé lundi en soirée la composition du nouveau comité qui dirigera l’évaluation fédérale du pipeline Énergie Est de TransCanada, le plus important projet du genre en Amérique du Nord. L’organisme a du même coup promis une étude « juste » et « transparente ».

Les trois membres nommés par l’organisme sont en fait les trois nouveaux membres « temporaires » nommés à l’Office national de l’énergie (ONE) en décembre dernier. Le comité sera ainsi présidé par Don Ferguson (du Nouveau-Brunswick), qui sera secondé par Marc Paquin (du Québec) et Carole Malo (de l’Ontario).

Ces trois personnes proviennent d’horizons différents. Marc Paquin siège notamment au Bureau d’audiences publiques sur l’environnement du Québec (BAPE) et est président d’UNISFÉRA, une firme de consultants qui travaille notamment en développement durable. Don Ferguson, ancien sous-ministre du Nouveau-Brunswick, est codirecteur de On Point Consulting, cabinet-conseil spécialisé entre autres dans la gouvernance.

Quant à Mme Malo, elle « compte 25 années d’expérience axées sur la conception, l’approvisionnement et la réalisation de grands projets d’énergie et d’infrastructures », dont des pipelines et des gazoducs, selon ce que précise l’ONE sur son site Web. Elle a aussi travaillé pour SNC-Lavalin Capital.

Selon ce qu’a précisé l’ONE dans un bref communiqué publié lundi à 19 h 00, les membres du comité « sont bilingues » et « possèdent de nettes connaissances et l’expérience pertinente ». Au cours des prochaines semaines, « ils détermineront comment se déroulera le processus d’examen », ajoute l’Office.

Lire sur Le Devoir

Le comité d’audience de l’ONÉ sur Énergie Est a été formé

La Presse Canadienne :

(…) Ceux-ci remplacent les trois commissaires qui ont démissionné en septembre, alors que l’ONÉ faisait l’objet d’allégations de partialité. Deux d’entre eux, soit Lyne Mercier et Jacques Gauthier, avaient rencontré secrètement l’ex-premier ministre du Québec Jean Charest, alors que ce dernier agissait comme consultant pour TransCanada, le promoteur de l’oléoduc Énergie Est.

Devant le tollé soulevé par cette réunion, le panel avait rendu les armes et s’était récusé, expliquant vouloir ainsi préserver «l’intégrité» de l’ONÉ.

On ignore s’il sera jugé approprié de faire table rase et de recommencer les consultations du début, avec l’arrivée des nouveaux commissaires.

Lire sur La Presse