François Gagnon / Les Affaires :

TransCanada maintient son objectif d’ouvrir l’oléoduc Énergie Est en 2021. Devant des gens d’affaires du Québec réunis à Calgary au cours des derniers jours, Louis Bergeron, vice-président Énergie Est pour le Québec et le Nouveau-Brunswick estime que des erreurs ont été commises mais qu’elles seront corrigées pour satisfaire les autorités municipales et provinciale. «Il y a beaucoup de pression de la part des opposants au Québec, estime Monsieur Bergeron, mais des discussions ont présentement cours dans les différentes régions de la province, et elles vont bon train.»

Ce changement de ton de la part de TransCanada montre que l’entreprise veut une nouvelle chance de prouver le bien fondé de son projet de pipeline. Toutefois, certaines municipalités du Québec seront plus difficile que d’autres à convaincre mentionne Monsieur Bergeron. C’est le cas de Montréal et du Maire Denis Coderre. Ce dernier avait durci le ton, fin août, mentionnant que le Québec n’avait pas besoin d’un deuxième pipeline pouvant transporter 1,1 million de barils par jour de pétrole provenant de l’Alberta. Même son de cloche à Laval, ou la ville a dit non au projet de pipeline croyant le projet non sécuritaire. Afin de convaincre les élus dans sa nouvelle façon de faire, TransCanada a donc décidé de retourner à la planche à dessin.

«Les maires Demers et Coderre nous ont demandé de refaire nos devoirs et c’est ce que nous sommes en train de faire, mentionne Louis Bergeron. Toutefois faire ses devoirs prend plus que deux ou trois jours. Nous parlons ici en terme de mois. C’est long, mais nous allons y arriver à la satisfaction de tous.»

Lire sur Les Affaires