La Presse Canadienne :

Les erreurs humaines – allant de l’enfouissement d’un oléoduc trop en surface au manque de serrage des boulons – sont de plus en plus à l’origine des fuites sur les oléoducs au Canada, selon les données de l’Office national de l’énergie (ONE).

Les chiffres compilés par l’agence fédérale démontrent que dans les trois dernières années, des manoeuvres incorrectes de travailleurs qui n’ont pas bien suivi les instructions ou qui ont mal utilisé l’équipement ont causé en moyenne 20 fuites par année. Il s’agit d’une hausse par rapport à la moyenne de quatre fuites par an dans les six dernières années.

Selon Mark Fleming, un professeur de culture en sécurité de l’Université Sainte-Marie d’Halifax, c’est le problème le plus difficile à gérer pour les entreprises, mais aussi celui qui est le plus important poiur eux.

Les opérateurs ont amélioré leurs pratiques en matière de sécurité, mais pour atteindre les hauts niveaux de sécurité qui existent dans d’autres industries comme l’aéronautique et le nucléaire, ils doivent porter une attention particulière aux détails, précise M. Fleming. Les hauts niveaux de sécurité requièrent « une attention et un effort particuliers », alors que généralement, ces facteurs sont en déclin, dit-il.

Beaucoup d’échecs

Les oléoducs installés aux États-Unis dans les cinq dernières années ont enregistré le plus haut taux d’échec depuis les années 1920 et l’erreur humaine en est partiellement responsable, selon Carl Weimer, directeur général de l’organisation Pipeline Safety Trust, établie à Washington.

Lire sur ICI Radio-Canada