Claude Lafleur / Collaboration spéciale, Le Devoir :

On sait que dans une ville, les arbres améliorent grandement la qualité de vie de tout le monde. Mais une équipe de chercheurs des universités de Toronto et de Chicago vient de démontrer que le simple fait qu’un pâté de maisons bénéficie de la présence d’une dizaine d’arbres fait une différence marquée sur la santé des gens du voisinage. « Nous avons cherché à savoir si ceux qui vivent dans des rues où il y a des arbres sont plus en santé que les résidants de rues sans arbres », indique l’un des auteurs de l’étude, Faisal Moola, professeur à l’Université de Toronto et directeur général de la section Ontario et territoires du Nord de la Fondation David Suzuki.

Lire sur Le Devoir