Alexandre Shields / Le Devoir :

Le pipeline 9B d’Enbridge a subi des réparations à plus de 60 reprises depuis qu’il transporte du pétrole jusqu’à Montréal, dont 22 au Québec. C’est ce que révèlent les données obtenues par Le Devoir à la suite de demandes répétées à l’Office national de l’énergie (ONE). Une situation qui démontre que l’entreprise connaît des problèmes de dégradation de son pipeline, conclut un expert de ce type d’infrastructures.

Ce pipeline construit en 1975 transporte du pétrole brut de l’Ouest canadien jusque dans l’est de Montréal depuis décembre 2015, après avoir obtenu le feu vert de l’ONE. L’organisme fédéral a jugé que le sens d’écoulement du pétrole dans le pipeline pouvait être inversé, mais aussi qu’Enbridge pouvait augmenter la quantité transportée quotidiennement, et ce, en toute sécurité. (…)

enbridge_ligne-9b_pf

« Il existe suffisamment d’information pour qu’on comprenne qu’avec le pipeline 9B, ils ont clairement un problème de corrosion, de craques et de déformations. Il n’y a pas de doute à ce sujet », explique celui qui a produit un rapport sur les risques associés à ce pipeline dans le cadre des audiences de l’ONE portant l’inversion du flux de pétrole.

Spécialiste de la réglementation et de la sécurité des pipelines, M. Kuprewicz qualifie même l’utilisation actuelle de ce pipeline de 41 ans d’« expérience de recherche ». Selon lui, l’ONE aurait dû exiger davantage de tests « hydrostatiques », qui consistent à injecter de l’eau dans le pipeline afin d’évaluer de possibles problèmes d’étanchéité. Ceux-ci ont été exigés seulement pour trois tronçons du tuyau, dont un seul situé au Québec, à Mirabel.

Lire sur Le Devoir