Sophie Suraniti / Le Devoir :

L’écoresponsabilité agit comme une balise en pleine mer : si nous continuons de la sorte, nos océans seront vides d’ici 2050. L’industrie mondiale de la pêche tente d’exercer moins de pression sur les stocks grâce à divers programmes de gestion qu’on espère plus durables que les anciens. Aujourd’hui pour demain. Sur le terrain, les gestes varient selon l’échelle. Mais toutes comptent.

Échelle micro-individuelle

Avant d’être poissonnier, Dave Kost était chef. En témoigne encore la veste blanche que ce grand gaillard enfile pour servir ses clients. Si le choix d’ouvrir une poissonnerie s’est fait un peu par hasard, au gré de rencontres professionnelles, le choix de vendre de l’écoresponsabilité s’est imposé naturellement. Tout ce qui est circuit local, développement durable, Dave y croit.

Lire sur Le Devoir