Julien Arsenault / La Presse Canadienne :

En attendant, le ministre Pierre Paradis organise un sommet sur l’alimentation

Ce n’est qu’en 2018 — en pleine année électorale — que la politique bioalimentaire du gouvernement Couillard sera dévoilée, ce qui déçoit à la fois les principaux acteurs du secteur agricole ainsi que les partis d’opposition, toujours en attente de mesures concrètes pour relancer l’industrie. En attendant, le ministre de l’Agriculture, Pierre Paradis, a présenté mardi la démarche visant à préparer le sommet sur l’alimentation prévu à l’automne 2017 et qui placera le consommateur au coeur des préoccupations. Accompagné du chef et animateur Ricardo Larrivé et de l’agroéconomiste et investisseur d’Anges Québec Claude Lafleur au marché Jean-Talon, dans la Petite Italie, M. Paradis a annoncé la tenue de trois rencontres, qui s’échelonneront d’octobre jusqu’à mai, afin de parler aux consommateurs et aux membres de l’industrie agricole.

Lire sur Le Devoir

Politique agricole: il faut voir au-delà des consultations publiques, selon l’UPA

TVA Nouvelles :

Québec promet de faire une large place aux consommateurs québécois, à l’occasion des activités liées au Sommet sur l’alimentation devant mener à l’élaboration d’une future Politique bioalimentaire du Québec. D’autre part, le président de l’Union des producteurs agricoles (UPA), Marcel Groleau, craint qu’ils ne prennent trop de place. En dévoilant la démarche entourant le Sommet, mardi, le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, Pierre Paradis, a affirmé que pour la première fois, «les préoccupations du consommateur seront au centre des discussions». Québec tiendra trois rencontres préparatoires au sommet, et l’une d’elles sera entièrement consacrée aux attentes des consommateurs d’aujourd’hui et de demain. L’UPA se questionne sur le rôle que pourront jouer les consommateurs au sein de la future politique agricole. «Comme producteur agricole, nous n’approvisionnons pas uniquement les consommateurs québécois. On exporte environ 70 % de la production agricole vers le Canada et les autres pays (…) Lorsqu’on s’adresse aux consommateurs, c’est une portion de notre production», a-t-il fait valoir lors d’un entretien avec le chef d’antenne Pierre Bruneau à TVA Nouvelle.

Lire sur TVA Nouvelles