Bien que riche en eau douce, le Québec doit la consommer judicieusement et assurer sa protection

« Si tu bois l’eau de la vallée, respecte les lois de la vallée. »
– Proverbe tibétain

Au-delà de sa formule chimique H2O, nous savons peu de choses sur l’eau. Nous savons tous qu’elle est essentielle à la vie. Elle coule dans nos veines et celles de la Terre depuis bien longtemps. L’eau est omniprésente. Formidable solvant, lentement et assurément, elle érode et transporte tout sur son passage, que vous le vouliez ou non.

De l’amont vers l’aval, en retournant vers l’amont, elle complète son cycle perpétuel par l’évaporation des océans jusqu’aux précipitations.

Globalement, depuis la révolution industrielle, et particulièrement depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, l’eau n’a jamais subi autant de modifications et d’altérations par l’espèce humaine.

Le cycle de l’eau évolue au gré des changements environnementaux, notamment ceux qui sont liés au climat.

Sa distribution est bien inégale et le Québec en est riche, avec plus de 3 % des réserves d’eau douce du globe. Située essentiellement dans les glaciers, elle se retrouve dans les eaux souterraines et, en faible proportion, dans les eaux de surface comme les fleuves. Ressource indispensable et bien commun inaliénable, l’eau n’est pas une marchandise et ne doit jamais le devenir. (…)

vasion des sables bitumineux, du pétrole de schiste et le déploiement forcé et imposé des énergies fossiles, sur le sol québécois et ailleurs, nous amènent dans une direction diamétralement opposée. Nous devrions opter pour une consommation judicieuse de l’eau et assurer sa protection. Tels des salmonidés, remontons vers l’amont afin d’y laisser des bienfaits porteurs d’avenir comme de nous mobiliser afin d’exiger que le gouvernement abandonne le développement de la filière des hydrocarbures au Québec et qu’il amorce le véritable projet de société du XXIe siècle : celui de faire du Québec un État décarbonisé.

À nous de faire le nécessaire afin de préserver cette inestimable richesse collective qu’est l’eau.

Lire sur La Presse