AFP :

Le prix plus élevé à certaines périodes de l’année des crevettes de grande taille est directement lié à la pollution côtière par des engrais agricoles responsables de zones mortes dans le Golfe du Mexique, ont déterminé des chercheurs.

Leur étude, publiée lundi dans les Comptes rendus de l’Académie américaine des sciences (PNAS), est la première qui établit un lien entre ces zones où l’oxygène se raréfie et leur impact direct sur des activités économiques.

«De nombreuses études ont décrit les impacts écologiques de ces zones mais on n’était pas parvenu à établir un lien clair de cause à effet avec les pertes économiques subies par les activités de pêche», relève Martin Smith, professeur d’économie environnementale à l’Université Duke, en Caroline du Nord, principal auteur de ces travaux.

«Notre étude établit ce lien en montrant comment les zones mortes qui apparaissent de façon saisonnière au large de la Louisiane et du Mississippi font fluctuer les prix du marché des crevettes grises dans le Golfe, une prise économique importante», poursuit-il.

Lire sur La Presse