Denyse Proulx / Le Journal de Montréal :

La PME montréalaise Polystyvert est la seule au monde à réussir la transformation du polystyrène sous forme liquide et à le recycler pour en refaire du neuf.

Le polystyrène est le cauchemar des marchands qui pestent contre les volumes énormes qu’ils accaparent dans les conteneurs à déchets. Le matériau, qui sert à protéger les objets et les aliments, est solide, ultraléger, mais n’a pas de valeur marchande suffisante pour être recyclé.

Depuis plusieurs d’années, des expériences de récupération sont annoncées, mais sans succès. En 2011, Sony prétendait avoir mis au point un procédé de dissolution du polystyrène, qui s’est avéré inefficace lorsqu’il a passé l’épreuve de l’application concrète.

Solenne Brouard Gaillot, une jeune entrepreneure montréalaise diplômée en administration des affaires, a décidé de refaire le travail de recherche avec des subventions obtenues de Recyc-Québec et du programme fédéral Technologies du développement durable Canada.

Le Journal de Montréal