Communiqué :

Québec, 15 mai 2017 – Nature Québec demande à l’Administration portuaire de Québec (APQ) d’abandonner son projet d’agrandissement Beauport 2020 pour se concentrer sur la réfection urgente et globale de ses infrastructures, les plus vieilles au Canada, avec l’aide du gouvernement fédéral. L’organisme réagit ainsi aux révélations du Syndicat des débardeurs du port de Québec concernant la vétusté et la dangerosité des quais du port, une situation qui préoccupe grandement Nature Québec, alors qu’un projet d’expansion majeur à même les milieux naturels du Saint-Laurent et la plage de la Baie de Beauport est à l’étude.

« C’est encore pire que ce qu’on pensait! Avec les fréquents épisodes de poussières, on savait que les installations du port de Québec étaient désuètes, mais là, on parle de quais transformés en gruyère, de chargeuses qui tombent dans les trous… Plutôt que d’agrandir, le port doit lancer rapidement un grand chantier de modernisation de ses installations », indique Christian Simard, directeur général de Nature Québec.

Nature Québec met par ailleurs en doute les affirmations de l’APQ à l’effet que le projet d’agrandissement Beauport 2020 est nécessaire afin de générer une croissance qui lui permettra de moderniser ses installations. En effet, malgré une croissance observée du tonnage de 80,5 % entre 2002 et 2012 (voir figure ci-dessous), il semble que le port n’ait jamais réussi à dégager des montants suffisants pour l’entretien et la réfection de ses actifs.

« L’Administration portuaire nous demande toute une profession de foi! Elle n’a pas été capable de bonne gestion de ses installations pendant une décennie de forte croissance. Pourquoi ça serait différent cette fois-ci? », questionne M. Simard qui rappelle par ailleurs que les investissements anticipés pour le projet Beauport 2020 sont hautement spéculatifs et ne sont fondés sur aucun contrat commercial dévoilé à ce jour.

evolution

Évolution des tonnages manutentionnés au Port de Québec par type de marchandises, 2000-2014, en million de tonnes métriques (Source : APQ et analyses KPMG)

Compte tenu de l’expérience passée, Nature Québec est même préoccupé par la capacité de l’APQ à entretenir les futures installations prévues par Beauport 2020. Pour l’organisme, les risques de ce projet pour la sécurité humaine et environnementale sont déjà suffisamment importants, sans qu’on y ajoute les problèmes d’entretien qui se cumuleront.

« Avec Beauport 2020, on parle d’empiéter sur les milieux naturels du Saint-Laurent et la plage de la Baie de Beauport afin de construire un quai de 610 mètres et des réservoirs de vrac liquide et solide pour le transbordement de matières parfois dangereuses, dont des hydrocarbures. À la lumière de ce que nous savons sur l’état des installations actuelles du Port, nous ne sommes pas du tout rassurés. Il faut annuler ce projet et concentrer les efforts sur la modernisation du port », indique Christian Simard.

Convaincu qu’un projet de modernisation est absolument nécessaire et créerait autant sinon davantage d’emplois pour la région qu’un projet d’agrandissement, Nature Québec demande en outre au gouvernement fédéral d’intervenir rapidement afin de reconnaître le caractère vétuste des installations du port et de lui octroyer une aide spéciale qui priorise l’optimisation et la modernisation de ses infrastructures.

Nature Québec se dit prêt à travailler avec le Port et les forces vives de la région pour demander une aide spéciale du fédéral pour financer cet important projet, évalué par le Port à 300 millions $1, en lieu et place de Beauport 2020.