Annie Morin / Le Soleil :

(Québec) En raison des risques d’explosion et de formation de nuages de gaz toxiques, il serait dangereux et il devrait donc être interdit de transborder des produits volatils comme l’essence et le méthanol sur le futur quai 54 du port de Québec si des usagers sont présents sur le site de la baie de Beauport.

Pareille précaution ne s’applique pas au terminal de vrac liquide déjà en exploitation car il se trouve un peu plus loin des installations récréotouristiques.

Le Soleil a parcouru l’étude d’impact environnemental sur le projet d’agrandissement portuaire. D’ici 2021, l’Administration portuaire de Québec (APQ) veut prolonger sur 610 mètres la ligne de quai dans le secteur Beauport. Un terminal multifonctionnel de 17 hectares serait ainsi créé. L’aménagement varierait selon les besoins de l’éventuel occupant des lieux, mais l’hypothèse de travail prévoit un espace pour du vrac liquide, un autre pour du vrac solide sous couvert et de l’entreposage de conteneurs. (…)

Les auteurs se sont attardés à des produits déjà transbordés au terminal de vrac liquide du secteur Beauport et susceptibles de l’être au quai multifonctionnel planifié à environ un kilomètre de là : l’essence, le jet fuel (carburant d’avion) et le méthanol. Le pire scénario est celui d’un débordement de réservoir avec explosion, feu de flaque au sol et nuage toxique.

Les ingénieurs Stéphanie et Jean-Paul Lacoursière ont conclu que l’essence et le méthanol étaient les plus dangereux car les plus volatils. Les risques d’explosion et de formation d’un nuage de gaz toxiques sont alors accrus dans un rayon de 1,25 kilomètre. Ce qui inclut la plage de la baie de Beauport, où des activités récréatives se tiennent régulièrement, surtout en période estivale. Les résidences les plus proches se trouvent à 1,7 kilomètre. (…)

Le Soleil a demandé à l’APQ ce qu’il en était du transbordement de produits volatils au terminal de vrac liquide de Beauport, exploité par IMTT-Québec et CanTerm. Est-ce que les navires peuvent être déchargés quand la plage est occupée? Oui, a répondu la porte-parole Marie-Andrée Blanchet. «La distance des terminaux par rapport à la plage n’est pas la même que celle de potentielles infrastructures sur le terminal Beauport 2020», a-t-elle précisé.

Vérification faite

Vérification faite, les réservoirs de différentes grosseurs – il y en a au moins une cinquantaine – se situent à une distance variant entre 0,8 et 1,4 kilomètre des espaces récréatifs de la baie de Beauport. Il n’est pas possible de savoir ce que chacun contient et donc les risques associés en cas de débordement.

«Les terminaux actuels de vrac liquide respectent les normes et exigences applicables en termes de risque technologique», assure Mme Blanchet.

Lire sur Le Soleil

Ajout :

Pas question de « diaboliser » le projet Beauport 2020, prévient Labeaume

ICI Radio-Canada :

L’agrandissement du port de Québec est absolument nécessaire, selon Régis Labeaume. « Au moment où certains voudront diaboliser le port », le maire de Québec se range résolument derrière le projet Beauport 2020, qui fera bientôt l’objet de consultations publiques.

Le Port de Québec a obtenu le feu vert de l’Agence canadienne d’évaluation environnementale la semaine dernière pour tenir des consultations publiques sur son projet d’agrandissement Beauport 2020.

Cette nouvelle étape franchie par l’administration portuaire a rapidement suscité des critiques de citoyens qui s’inquiètent du projet, notamment en raison de sa proximité avec Québec et Lévis.

« Bien sûr, le port doit faire ses devoirs et compléter avec succès sa consultation publique sur le projet », a affirmé Régis Labeaume mardi, à l’occasion d’une conférence de presse pour souligner le passager du premier navire international dans la capitale en 2017.

Lire sur ICI Radio-Canada

Le Port de Québec fait le plein d’appuis politiques

Valérie Gaudreau / Le Soleil :

(Québec) Alors que les consultations publiques sur l’impact environnemental de son vaste projet d’agrandissement s’amorcent à peine, le Port de Québec a fait le plein d’appuis politiques mardi.

«Je vois ça de façon très, très positive, l’agrandissement du Port de Québec et d’autres infrastructures qui existent à travers le Canada», a lancé le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau.

Son gouvernement étudie le projet d’agrandissement et s’il se qualifie pour le programme de subvention destiné aux infrastructures portuaires, il sera financé à hauteur de 60 millions $, la somme réservée par le précédent gouvernement de Stephen Harper.

«Et on reconnaît très clairement l’importance du Port de Québec pour le développement de la région et pour l’avenir du Canada», a-t-il ajouté lors de la cérémonie de la canne à pommeau d’or au Terminal de croisières.

Rarement, cette tradition centenaire soulignant l’arrivée du premier navire de la nouvelle année n’aura attiré autant de personnalités politiques que mardi.

Outre le ministre Garneau et le maire de Québec, Régis Labeaume, le ministre fédéral Jean-Yves Duclos et son collègue de Louis-Hébert Joël Lightbound étaient présents. Le gouvernement du Québec était représenté par la députée de Chauveau, Véronyque Tremblay, qui s’est dite fière du Port de Québec comme «une escale de croisière incontournable».

Lire sur Le Soleil

Le Soleil : Des sédiments contaminés dans le ciment du futur quai 54

Le Soleil : Port de Québec: plus de vrac en 2016, plus de croisières en 2017