François Bourque / Le Soleil :

(Québec) CHRONIQUE / Le paysage unique de la batture de Beauport et de sa plage enveloppée d’eau sera radicalement dénaturé par le projet d’agrandissement du Port de Québec.

Des simulations visuelles menées dans le cadre de l’étude d’impact montrent que l’horizon de la future plage sera fermé d’un côté par une digue de pierre et de l’autre par un brise-lames.

La large perspective à 270 degrés qui donne actuellement l’impression que la plage est entourée d’eau va disparaître. L’horizon «libre» d’obstacle ne sera plus que de 90 degrés. L’esprit du lieu ne sera plus le même. Le sentiment de liberté sera ravalé, remplacé par une impression de servitude et de fatalité.

On pourra encore voir le fleuve, la pointe de l’île d’Orléans et les montagnes par-dessus le brise-lames. Les larges angles sur l’eau vers Lévis et la baie de Beauport seront cependant coupés.

On note par ailleurs que la nouvelle plage publique fera 246 mètres. Le Port estime que c’est à peu près la même chose que la plage actuelle.

Je ne suis pas d’accord. Lorsque je mesure dans Google Earth, j’arrive à plus de 500 mètres en comptant la langue de sable.

Lire sur Le Soleil

Non à l’industrialisation massive du panorama de Québec

Michel Lessard – Professeur titulaire retraité en histoire de l’art, Université du Québec à Montréal / Opinion, Le Devoir :

Le maire de Québec, M. Régis Labeaume, a tort de ne pas voir l’allongement massif du quai du Port de Québec dans le projet Beauport 2020 comme une atteinte majeure au patrimoine de Québec, notre capitale nationale, et à son économie. Le maire Labeaume a-t-il déjà pris conscience de la majesté et de la prestance naturelle du cap Diamant, comme l’ont fait des milliers de voyageurs depuis 400 ans ce qui explique en bonne part pourquoi Québec a été choisie par Champlain comme berceau du pays puis classée Site du patrimoine mondial par l’UNESCO en 1985.

Le maire Labeaume a-t-il déjà lu tous ces témoignages de célébrités qui, depuis 150 ans, ont craqué en arrivant dans le bassin de la cité de Champlain et livré des textes émouvants célébrant les charmes incomparables de cette acropole dominant majestueusement un rétrécissement des eaux du Saint-Laurent. Le maire Labeaume a-t-il déjà contemplé la monumentalité naturelle de sa ville à partir de la côte de la Miche à Saint-Joachim ou du littoral de Lévis en face, comme l’ont traduit des centaines d’artistes-peintres et de photographes dans des oeuvres picturales impressionnantes. En donnant carte blanche à son bon ami Mario Girard, l’actuel directeur général du Port de Québec, le maire Labeaume sacrifie sur l’autel d’un développement insensé et froid une part importante de l’âme naturelle et historique de Québec, l’éternelle.

Lire sur Le Devoir

La pollution n’est plus un problème, affirme Mario Girard

Isabelle Porter / Le Devoir :

Les émissions de poussières de métal dans le quartier Limoilou sont chose du passé selon le patron du Port, Mario Girard, qui souligne que son projet d’agrandissement prévoit des installations couvertes sans risque d’émissions.

« Les mesures de mitigation, elles fonctionnent », a-t-il déclaré en entrevue au Devoir en marge d’une présentation du projet d’agrandissement du Port pour le grand public au Terminal de Croisières.

M. Girard souligne que les citoyens de Limoilou peuvent suivre en temps réel les concentrations de poussière dans l’air à la Station des Sables sur site Web. « Elle est là la confiance dans Limoilou. Il y a des gens qui nous appellent, qui sont contents de pouvoir constater de leurs yeux à eux que tout ce qu’on dit sur la poussière dans Limoilou, c’est réglé. »

Rappelons qu’en 2009, des résidants de Limoilou avaient reçu chez eux des concentrations anormalement élevées de poussière rouge puis de nickel en provenance du Port. Un phénomène confirmé en 2013 par une étude du ministère du Développement durable. Cet épisode fait d’ailleurs l’objet de deux actions collectives menées par le couple de résidants qui avait sonné l’alarme, Véronique Lalande et Louis Duchesne.

Lire sur Le Devoir

Agrandissement du port de Québec: Labeaume promet de «protéger les gens de Limoilou»

Valérie Gaudreau / Le Soleil :

(Québec) Le maire de Québec est «irresponsable» en appuyant le Port de Québec alors que les consultations publiques de l’Agence canadienne d’évaluation environnementale sont en cours, estime l’opposition. Régis Labeaume réplique en assurant qu’il «va protéger les gens de Limoilou» avant de soutenir le Port.

«Si cet agrandissement a des conséquences négatives, nous serons avec la population avant les intérêts du Port», a dit le maire de Québec en point de presse lundi avant de le répéter au conseil municipal. «La priorité est là. On va défendre les gens de Limoilou avant l’agrandissement du Port. Mais moi, je suis là pour trouver des solutions», a-t-il ajouté.

Un peu plus tôt, la chef de Démocratie Québec, Anne Guérette, a accusé M. Labeaume d’appuyer «sans réserve» un projet sur lequel les citoyens ont jusqu’au 10 février pour se prononcer.

Lire sur Le Soleil

Beauport 2020 : des organismes veulent en savoir davantage

ICI Radio-Canada :

Des citoyens et organismes se sont déplacés lundi à la rencontre d’information publique du Port de Québec dans l’espoir d’en apprendre davantage et de se faire une opinion sur le projet d’agrandissement Beauport 2020.

L’administration portuaire présentait jusqu’à lundi soir les conclusions de l’étude d’impact environnemental du projet de 190 millions de dollars.

Certains organismes sont préoccupés par les conséquences du projet sur le paysage culturel. Alexandre Petitpas, agent pour l’organisme Action Patrimoine, souhaite recueillir plus d’information avant de se prononcer. « En tant qu’organisme pour le patrimoine, on va peser le pour et le contre, voir ce qui est bien et ce qui est moins bien ensuite on statuera. »

L’organisme croit que l’agrandissement des installations portuaires avec le brise-lame modifiera le panorama et la perspective de la plage l’île d’Orléans et sur le fleuve Saint-Laurent.

De son côté, Daniel Guay d’Accès Saint-Laurent Beauport se demande à quel besoin répond réellement le projet d’agrandissement.

« Dans le cas du projet du port de Québec, on dit : « ça va être un centre d’achat et on trouvera les locataires après ». Je trouve que ce n’est pas une approche crédible, on n’y croit pas et on a peur que ça puisse être un terminal pétrolier. »

Il s’inquiète des conséquences de transbordement du vrac liquide et des matières dangereuses.

Lire sur ICI Radio-Canada

Beauport 2020 : Le maire de Québec veut « protéger » les citoyens

Québec Hebdo :

CONSULTATION. Même s’il appuie le projet Beauport 2020, le maire de Québec Régis Labeaume assure qu’il n’est pas question que les intérêts de l’administration portuaire priment sur ceux des citoyens.

Le maire de Québec promet de se porter défenseur des intérêts des citoyens touchés par le projet d’agrandissement du Port de Québec. Au moment où les consultations publiques sur Beauport 2020 débutaient lundi avec une première journée d’information, le maire de Québec s’est défendu d’avoir réaffirmé son appui au projet d’agrandissement du Port de Québec la semaine dernière : une position que la chef de l’opposition officielle Anne Guérette qualifie d’ « irresponsable », vu le stade des consultations.

« Tout le monde a le droit de dire son opinion; je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas dire la mienne », a déclaré le maire, selon qui « ce qu’il faut qu’il soit retenu aussi, c’est que les gens de Limoilou sachent qu’on va les défendre ». « Je veux dire aux gens de Limoilou que nous allons les protéger. Nous n’accepterons pas du Port de Québec qu’il y ait des conséquences négatives, mais en même temps, a commenté Régis Labeaume, on veut se trouver des solutions. On veut que ça marche ».

Lire sur le Québec Hebdo

«Ça prend de nouveaux revenus» -Mario Girard, pdg du Port de Québec

Jean-François Racine / Le Journal de Québec :

À travers les critiques des citoyens présents à la journée d’information du projet Beauport 2020, le directeur général du Port de Québec Mario Girard a répété qu’il fallait absolument générer de nouveaux revenus pour réparer les infrastructures existantes.

Deux semaines avant les séances publiques prévues par l’Agence canadienne d’évaluation environnementale, l’Administration portuaire de Québec (APQ) organisait lundi sa propre journée d’information au Terminal de croisières.

Ce n’était pas la cohue mais quelques curieux se sont tout de même déplacés.

«C’est un projet qui soulève de très graves questions. Par exemple, est-ce qu’une plage grand public est compatible avec des activités intenses de transbordement de produit pétrolier ?», lance Christian Simard, de l’organisme Nature Québec.

Selon cet ancien député du Bloc québécois, des rénovations pourraient rendre plus performant l’ancien port.

Lire sur Le Journal de Québec

Agrandissement du port de Québec: Beauport préféré à trois autres sites

Annie Morin / Le Soleil :

(Québec) Le Port de Québec a comparé quatre sites pour agrandir ses installations avant de conclure avec satisfaction que c’est à la baie de Beauport que les impacts sur l’environnement seront les moins importants et la facture, moins salée.

L’étude d’impact environnemental acceptée début janvier par l’Agence canadienne d’évaluation environnementale (ACEE) dresse la courte liste des sites étudiés pour accueillir un nouveau quai en eau profonde sur le fleuve Saint-Laurent.

Sur la rive nord, il s’agit du secteur de l’Estuaire de la rivière Saint-Charles, rejeté d’emblée car déjà surchargé, et celui de l’anse au Foulon, occupé notamment par le terminal de granules de bois d’Arrimage Québec et la Coop fédérée. Sur la rive sud, on parle de la pointe de la Martinière, immense boisé où la Ville de Lévis aménage d’ailleurs un parc avec piste cyclable et pavillon d’accueil.

Lire sur Le Soleil