Isabelle Arseneau, Limoilou / Opinion, Le Devoir :

En réaction à l’article d’Isabelle Porter, « La pollution n’est plus un problème, affirme Mario Girard », publié le 17 janvier.

Le mépris qu’entretient Mario Girard à l’égard des citoyennes et citoyens de Québec est profondément navrant. Le problème épineux des poussières qui affecte les quartiers centraux de la ville de Québec reste encore bien présent. Évidemment, il est fort utile pour les acteurs en position d’autorité, soit ceux qui détiennent le pouvoir, d’entretenir l’idée que les citoyennes et citoyens sont en déficit de connaissances, qu’ils ne sont pas en mesure de comprendre les tenants et aboutissants de la controverse. Or, Véronique Lalande et Louis Duchesne, pour ne nommer que ceux-ci, ont largement démontré que cela était inexact.

Et il faut faire une rectification à ce qui est rapporté dans cet article. S’il est vrai que la première poursuite collective porte sur l’épisode des poussières de nickel (ou poussières rouges) du 26 octobre 2012, l’autre s’attaque à un problème d’une tout autre envergure. Le travail colossal qu’ont fait Lalande et Duchesne pour caractériser les poussières a permis de montrer que sa composition est complexe et contient du fer, de l’arsenic, du chrome, du cuivre, du manganèse, du cobalt, du nickel, du plomb et du zinc. Ils ont aussi établi que la présence de ces métaux, mesurée à divers points d’échantillonnage sur une période de temps étendue (plusieurs années), dépasse de manière importante les normes réglementaires en vigueur. Cela a d’ailleurs été reconnu par le juge qui a accepté cette deuxième action, en août 2015. La thèse du Port et d’Arrimage, qui dit qu’il ne s’agirait que d’un malheureux incident, unique, limité dans le temps et dans l’espace, ne tient dès lors plus.

Lire sur Le Devoir

Qualité de l’air : Difficile pour les citoyens d’être entendus, dénonce Anne Guérette

Monica Lalancette / Québec Hebdo :

MUNICIPAL. Dans les dossiers de la poussière rouge dans Limoilou, de la « pollution » causée par l’usine de recyclage de métaux AIM et des émissions d’Anacolor à Cap-Rouge, difficile pour les citoyens d’obtenir des résultats de la part de la Ville de Québec, dénonce Anne Guérette.

L’administration Labeaume tarde à agir dans les dossiers de qualité de l’air, juge la chef de l’opposition à la Ville de Québec. Bien que les élus aient selon elle « une obligation de résultat », les citoyens qui ont interpellé la Ville sur des questions de nuisance environnementale en sont selon elle au même point : « Il y a beaucoup d’action en théorie, mais en pratique, il y a 0 résultat ».

Les citoyens du Vieux-Limoilou sont « écœurés » selon elle du piétinement dans le dossier de la poussière rouge, malgré les comités et les rapports. Dans Maizerets, la situation dénoncée par des citoyens qui se plaignent de nuisances causées par l’entreprise AIM dure depuis 13 ans, déplore Anne Guérette. « La conseillère du secteur affirme qu’elle travaille là-dessus depuis 2010 : ça fait 7 ans. On a même investi dans le secteur 24 M$ de dollars pour verdir et réduire le camionnage. Et le résultat, encore une fois : 0 résultat », tonne l’élue.

Lire sur Québec Hebdo