Alexandre Shields / Le Devoir :

Le gouvernement fédéral a l’intention de se départir de 25 infrastructures portuaires situées au Québec, dont plusieurs sont vitales pour des régions entières. Une décision qui suscite de vives inquiétudes chez les municipalités, notamment parce que le gouvernement provincial ne s’est toujours pas engagé à prendre le relais. Il faut dire qu’il risque d’hériter d’une facture de plusieurs dizaines de millions de dollars, selon les informations recueillies par Le Devoir.

En raison de la situation géographique particulière du Québec, c’est ici qu’on retrouve la majorité des infrastructures que le gouvernement canadien souhaite céder dans le cadre de son Programme de transfert des installations portuaires. Or, plus d’un an après le début de la « phase de cession », on ne sait toujours pas ce qu’il adviendra des 25 infrastructures situées dans le Bas-Saint-Laurent, en Gaspésie et sur la Côte-Nord.

Le sort de plusieurs d’entre elles dépend directement d’un engagement de Québec, qui ne s’est toujours pas concrétisé. Selon ce que précise Transport Canada, le gouvernement Couillard a même demandé une nouvelle prolongation, jusqu’au 16 juin, « afin de formaliser son intention d’acquérir ou non certaines installations ». Le Devoir a tenté en vain, depuis le 20 mars, d’obtenir des précisions à ce sujet de la part du ministère des Transports. Nos nombreuses demandes sont toutes demeurées sans réponse.

Lire sur Le Devoir

Ajout :

Le Devoir : Les ports devront être en bon état, dit Québec