Annie Morin / Le Soleil :

(Québec) Des résidus de granules de bois transbordés à l’anse au Foulon se sont déposés sur les glaces du fleuve Saint-Laurent, fin janvier. La preuve selon des citoyens que même la mise sous couvert du vrac solide, promise pour l’agrandissement du port dans le secteur de Beauport, ne garantit pas un environnement sans poussières.

Le Soleil a reçu par courriel des photographies trop floues pour être publiées mais montrant néanmoins un déversement couleur de bois. Elles ont été prises le 24 janvier à partir des Jardins Mérici, qui ont vue sur l’anse au Foulon.

Marie-Andrée Blanchet, porte-parole de l’Administration portuaire de Québec (APQ), confirme que l’auteur des photos a utilisé la ligne téléphonique consacrée aux plaintes pour signaler l’incident.

«L’événement était en lien avec de la poussière résiduelle lors du chargement du navire [seul point de contact de la granule avec l’air libre] et non avec l’étanchéité du terminal et de ses opérations. La poussière résiduelle est demeurée sur nos installations [problématique très localisée] et n’a pas eu d’effet dans la communauté. Depuis le début des opérations du terminal de granules, il s’agit de la première fois qu’une problématique de poussière nous est signalée. Nous avons demandé à l’opérateur d’apporter les correctifs nécessaires pour minimiser au maximum les risques de récidives de la problématique, nous suivons le dossier de très près», a-t-elle écrit en réponse aux questions du Soleil.

Lire sur Le Soleil