Louis Gagné / Le Journal de Québec :

QUÉBEC – Le gouvernement Couillard reconnaît que le pompage de 30 millions de litres d’eau sur l’île d’Anticosti pour la réalisation de forages exploratoires aura un impact sur l’environnement. Il soutient toutefois que cet impact est «minime» et «acceptable dans les circonstances». Le ministre de l’Environnement, David Heurtel, a indiqué mercredi qu’une analyse produite par son ministère et celui de la Faune et validée par un comité d’experts externe en était arrivée à la conclusion «qu’on pouvait aller de l’avant au niveau de l’exploration». «C’est sûr qu’il y a un impact, mais cet impact a été jugé acceptable au niveau de l’analyse scientifique qui en a été faite», a déclaré M. Heurtel à l’entrée du Conseil des ministres.

Lire sur Le Journal de Québec

Pétrolia défend son usage de l’eau douce pour ses forages sur Anticosti

ICI Radio-Canada :

Elle précise que les 30 millions de litres d’eau douce requis pour la fracturation hydraulique seront accumulés dans des réservoirs et captés à partir des pluies et de la prochaine crue printanière. Dans un communiqué, le porte-parole Jean François Belleau soutient que le prélèvement d’eau douce dans les trois rivières à proximité des sites de forage se limitera à 15 % du débit minimum des rivières.

Lire sur ICI Radio-Canada