AFP :

Une tribu amérindienne a déposé jeudi devant un tribunal fédéral une demande pour faire cesser la construction d’un oléoduc controversé dans le Dakota du Nord, affirmant que ses droits constitutionnels seraient violés si la mise en place du pipeline se poursuivait.

La construction de la dernière portion inachevée de cet oléoduc a commencé, sous la rivière Missouri et le lac artificiel Lake Oahe, dans cet État du Nord. Ce segment a été bloqué durant des mois par des manifestations qui ont galvanisé les tribus locales et leurs soutiens à travers le pays.

L’oléoduc Dakota Access Pipeline doit s’étendre sur quatre États du nord américain et faire près de 1900 kilomètres de longueur. Il vise à transporter l’or noir du Dakota du Nord, un des principaux pôles de production de gaz et de pétrole de schiste aux États-Unis, vers un centre de distribution dans l’Illinois.

Mais le projet à 3,8 milliards de dollars a soulevé un vaste mouvement de protestation portée par la tribu sioux de Standing Rock: celle-ci assure que l’oléoduc risque dans son tracé actuel de polluer un lac qui est sa principale source d’approvisionnement en eau.

Lire sur La Presse

Dakota: la construction de l’oléoduc a repris

AP :

CANNON BALL, N.D. — La construction du dernier segment de l’oléoduc Dakota Access a commencé, et le réseau en entier devrait être fonctionnel d’ici trois mois, a indiqué jeudi l’entreprise Energy Transfer Partners concernant le projet controversé, alors même qu’une nation autochtone déposait une contestation en cour pour bloquer les travaux et protéger ses sources d’eau potable.

Le corps des ingénieurs de l’armée américaine a accordé mercredi l’autorisation formelle à l’entreprise pour effectuer les travaux de canalisation sous un réservoir au Dakota du Nord, ouvrant la voie à la finalisation de l’oléoduc de plus de 1900 kilomètres.

La porte-parole de l’entreprise, Vicki Granado, a confirmé tôt jeudi que les travaux avaient repris «immédiatement après la réception» de l’autorisation formelle.

Des travailleurs avaient déjà foré des trous d’entrée et de sortie pour ce segment, et du pétrole avait été disposé dans l’oléoduc jusqu’au lac Oahe en vue de la conclusion du projet.

Lire sur le Journal Métro