Simon Lefranc – Collaboration spéciale / Le Devoir :

La voix peu entendue des autochtones propétrole

Énergie Est, DakotaAccess, Trans Mountain… À l’heure où groupes écologistes et militants autochtones dénoncent les risques environnementaux de mégaprojets d’oléoducs nord-américains, d’autres autochtones appuient en silence ces nouvelles autoroutes des hydrocarbures, y voyant une rare occasion économique pour des communautés appauvries.

« Je suis fatigué de voir beaucoup de communautés vivre dans l’extrême pauvreté avec des problèmes d’eau potable et une sous-éducation généralisée, lance d’emblée Stephen Buffalo, p.-d.g. d’Indian Resources Council, une organisation regroupant des communautés autochtones canadiennes dont les terres ancestrales sont gorgées de pétrole ou de gaz. Comme autochtones, nous avons le droit d’avoir des compagnies pétrolières pour créer nos propres revenus. »

Idem pour Ken Coates. D’après ce professeur spécialisé en affaires autochtones nord-canadiennes à l’Université de Saskatchewan, les oléoducs doivent être considérés comme un prolongement de la coopération entre l’industrie et les Premières Nations. « Les autochtones bénéficient de la production avec des milliers de travailleurs dans ces milieux. Le reste de l’économie canadienne ne leur a jamais donné autant de possibilités que le pétrole et les ressources naturelles », explique-t-il.

Lire sur Le Devoir