Maxime Bilodeau / Le Devoir :

Malgré son processus d’approvisionnement pour les travaux et les services spécialisés « généralement aligné sur les bonnes pratiques », Hydro-Québec gagnerait à « optimiser certaines étapes du processus » afin de garantir une plus grande « équité » dans la sélection de ses fournisseurs, estime la vérificatrice générale du Québec.

Mme Guylaine Leclerc est arrivé à ces conclusions au terme d’un audit de performance de 12 dossiers liés à des acquisitions réalisées par la société d’État de 2013 à 2015. La valeur réelle des 14 contrats de construction et de services spécialisés, comme l’élagage de lignes de transport et le déboisement, inclus dans ces dossiers est de 202,1 millions de dollars. Tous ont été sélectionnés aléatoirement, sauf trois pour lesquels la valeur du contrat a été le principal critère de sélection.

La vérificatrice générale a constaté que le processus de qualification des fournisseurs souffre d’un manque d’encadrement. « Hydro-Québec n’effectue pas de contrôle afin de s’assurer que les fournisseurs qualifiés continuent au fil du temps à répondre aux exigences. De tels contrôles sont d’autant plus pertinents qu’Hydro-Québec ne requalifie pas les fournisseurs sur une base périodique », peut-on lire dans son rapport déposé mercredi à l’Assemblée nationale.

Lire sur Le Devoir