ICI Radio-Canada :

(…) « Alors que du côté américain, on enfouira la ligne électrique sur 100 kilomètres pour des enjeux de conservation, au Québec on veut traverser et fragmenter des milieux naturels protégés avec une ligne aérienne de large amplitude. C’est inacceptable », peut-on lire dans un communiqué de presse publié par Nature Québec. Les organismes demandent à Hydro-Québec d’enfouir la ligne sur une distance de 18 kilomètres au Québec

Rappelons que le projet de ligne de transmission de 320 kV vise à acheminer de l’hydroélectricité au marché de la Nouvelle-Angleterre en reliant le poste des Cantons, situé à Val-Joli, à celui de Franklin, dans l’État du New Hampshire. Pour en minimiser les conséquences, une partie du tracé délimité par Hydro-Québec, long de 59,6 km, suit une ligne déjà existante. Les résidents situés dans cette zone ayant déjà un pylône sur leur terrain devraient ainsi en avoir un deuxième.

Lire sur ICI Radio-Canada

Ligne Québec-New-Hampshire : des critiques et quelques appuis pour Hydro-Québec

Carl Marchand / ICI Radio-Canada :

Le projet de ligne haute tension entre le Québec et le New Hampshire a été critiqué par plusieurs, lors de la deuxième consultation du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement, mercredi soir, à Sherbrooke. La forêt Hereford sera traversée par le tracé proposé. Un scénario incompatible avec la mission du territoire protégé, ont avancé les responsables du secteur.

« Il faut se permettre de pouvoir envisager toutes les options qui sont possibles. Ça veut aussi dire remettre en question les façons de faire dans la construction », a affirmé Dany Senay, directeur de Forêt Hereford.

Lire sur ICI Radio-Canada