Caroline Lévesque | Agence QMI

Les pannes de métro en novembre ont révélé un manque de navettes d’autobus, selon Projet Montréal qui somme la STM d’en mettre davantage en circulation lors des interruptions de service.

«S’il y a toute une ligne fermée actuellement, il n’y a pas de service de navettes efficace qui la remplace», explique Craig Sauvé, qui déposera un avis de motion au conseil de ville lundi pour que la STM améliore le réseau.

«Cette année, on était supposé avoir 2000 autobus en fonction à la STM, qui n’a pas atteint sa cible, avec à peu près 1800», ajoute le porte-parole de l’Opposition officielle en matière de transport. Si on avait acheté assez d’autobus, on aurait cette flexibilité pour offrir des navettes pendant les pannes.»

Les taxis en option
Du coup, en heures de pointe, les taxis deviennent la première alternative lors d’une panne, déplore-t-il.

«Actuellement, quand il y a une panne, les taxis sont soudainement très rares et les Uber augmentent leurs prix. En été, il y a les Bixis, mais ce n’est pas une autre option pour le même trajet offert par la STM.»

Lire sur TVA Nouvelles

Projet Montréal demande à la STM de s’attaquer aux pannes de métro

Nicolas Bérubé / La Presse :

(…) M. Sauvé relève que la STM ne propose plus aux voyageurs victimes d’une panne de faire un trajet parallèle dans des autobus dépêchés d’urgence, comme c’était le cas par le passé.

«Il n’y a pas assez d’autobus sur le réseau pour y arriver. À l’heure où on se parle, il manque 200 autobus par rapport aux objectifs de la STM. Les Montréalais doivent tout simplement attendre que le service reprenne. Ce n’est pas sérieux comme solution.»

Augmenter le nombre d’aiguillages

Un des éléments clés est de demander à la STM d’augmenter le nombre d’aiguillages dans le métro, de manière à pouvoir rapidement déplacer les trains en cas d’interruption de service dans un point donné du réseau sans pour autant suspendre le service sur des lignes complètes, comme c’est souvent le cas.

«Sur la ligne orange, il n’y a pas d’aiguillage entre Rosemont et Berri-UQAM. C’est un tronçon très important, et s’il y a un problème à la station Rosemont, toute la ligne est fermée entre Jean-Talon et Berri-UQAM. S’il y avait des aiguillages, on pourrait assurer le service et permettre aux trains de faire l’aller-retour dans les stations fonctionnelles», dit Craig Sauvé.

Lire sur La Presse

Communiqué : Projet Montréal propose des solutions à la STM pour réduire les pannes dans le métro