Jean-François Desaulniers / L’Avant-Poste :

DEVELOPPEMENT. Le projet de 5 serres chauffées à la biomasse d’Alliance forestière Nemétayé progresse très rapidement, tant et si bien que d’ici deux ans, on pourrait voir les premières bouteilles de vin sur les tablettes. L’administrateur Renaud Savard et le maire de Sainte-Irène, Alain Gauthier se réjouissent de l’appui au projet de plusieurs partenaires pour sa mise sur pied.

Devant voir le jour à l’automne 2015, le projet se concrétisera ce printemps puisque plusieurs étapes ont été franchies. Les serres, qui seront louées à Tony Carpinteri pour la culture de raisins, seront munies de parois doubles. Le projet comprend cinq serres de 145 pieds de long chauffées à la biomasse. Le projet est estimé à 279 000$. L’administrateur d’Alliance Nemtayé, Renaud Savard, se réjouit de l’avancement du projet « Ce sera de la biomasse résiduelle qui servira pour le chauffage. Le montage financier est attaché et nous avons de très bons partenaires.

Nous avons obtenu 30 000$ sur deux ans de la municipalité, 30 000$ du fonds de développement de la MRC, 15 000$ du fonds de développement du territoire de la Caisse et nous avons complété avec des emprunts et du financement avec M. Carpinteri », dit-il. M. Savard ajoute que M. Tony Carpinteri a déjà fait la commande des plants de raisins, qui devraient être mis en terre dès la fin avril. «

Cet été, il nous reste à mettre la chaufferie en fonction et l’alimenter à la biomasse, tous les conduits souterrains sont passés, nous sommes raccordés à l’aqueduc, l’électricité est intégrée à chaque serre. Le projet progresse très bien ». Selon les premiers calculs de M. Carpintéri, d’ici deux ans, 4000 kilogrammes de raisins devraient être produits d’ici deux ans. Le maire Alain Gauthier ne cache pas sa fierté devant un tel projet, qui est porteur d’espoir et dont la municipalité est un partenaire de la première heure. «C’est novateur, cela nous positionne avantageusement et ce n’est qu’un début. La première année ne sera pas productive mais par la suite, nous aimerions faire goûter ce vin à la population pour que les gens s’approprient le projet», dit-il.

Lire sur L’Avant-Poste