Annie Morin / Le Soleil :

(Québec) VIA Rail investira 1,5 million $ dans la gare du Palais afin de préserver le lustre du bâtiment patrimonial nouvellement centenaire. La gare de Sainte-Foy, elle, pourrait déménager lors du remodelage de la tête des ponts, lequel doit faire une place au Service rapide par bus (SRB) et à des immeubles en hauteur. Le gratin politique et économique de Québec était réuni à la gare principale de Québec, mercredi, pour souligner les 100 ans d’un édifice présenté comme une «institution», une «merveille architecturale», un «emblème de Québec» au même titre que le château Frontenac. Le président et chef de la direction de VIA Rail Canada, Yves Desjardins-Siciliano, en a profité pour annoncer la rénovation – d’ici l’automne 2017- des portes d’entrée et de la verrière du hall d’entrée ainsi que l’installation de systèmes de climatisation et d’automatisation pour un investissement total de 1,5 million $. Ce montant sera puisé à même une subvention de 34,4 millions $ du gouvernement fédéral destinée à l’amélioration des gares et des centres de maintenance dans le corridor ferroviaire Québec-Windsor. (…)

M. Siciliano n’a pas manqué d’utiliser sa tribune pour mousser le projet de train à grande fréquence (TGF) qui relierait Québec à Montréal et par extension à Ottawa, Toronto et éventuellement Windsor. Avec une voie réservée au transport passager sur la rive nord, le nombre de départs vers la métropole triplerait pour atteindre 15 par jour tandis que le temps de transit diminuerait à 2 heures 10 minutes.

Lire sur Le Soleil

Ajout : 

Gare de Sainte-Foy: impossible de faire pire

Michel Beaumont, Québec / Opinion, Le Devoir :

S’il y a un projet qui mérite d’être réalisé, le déménagement de la gare de Sainte-Foy, c’est effectivement celui-ci. Ouf ! Les pauvres passagers qui arrivaient à cet endroit avaient davantage l’impression de débarquer à « Saint-Lin-du-Buton » qu’à Sainte-Foy ; le dépaysement était brutal. De plus, combien de citoyens de Québec ne connaissent pas le chemin pour s’y rendre ! Son emplacement actuel représente un suicide commercial.

Lire sur Le Devoir