Gilles Gagné / Collaboration spéciale, Le Soleil :

BILLET / Quand le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, s’est prononcé, en décembre à Paris, pour la réduction éventuelle de consommation d’hydrocarbures au Québec et contre les forages pétroliers à l’île d’Anticosti, le scepticisme des Québécois était palpable. M. Couillard dirige après tout un gouvernement qui s’est rangé régulièrement du côté de l’industrie pétrolière, notamment en établissant à 500 mètres – distance nettement insuffisante – la bande protectrice entre des habitations et des forages d’hydrocarbures. C’est toutefois avec le dépôt du projet de loi 106, sur la «mise en oeuvre de la Politique énergétique 2030», que le gouvernement Couillard affiche le mieux son penchant propétrole, son jupon brun. Insérer les conditions d’exploration et d’exploitation du pétrole et du gaz dans un projet de loi dont le libellé débute avec 18 pages portant sur la transition énergétique, c’est trompeur. Il y a une évidente parenté avec les lois omnibus du défunt gouvernement de Stephen Harper. De l’emploi de vocabulaire flou à l’omission d’enjeux fondamentaux, le projet de loi peut difficilement favoriser davantage la modeste industrie pétrolière québécoise. (…)

Il serait étonnant que le projet de loi 106 soit profondément changé par le gouvernement Couillard. Pour les gens des régions, l’enjeu est crucial en matière de protection de l’eau et du principe d’être chez soi sans craindre une expropriation par une firme pétrolière. Les modifications futures seront proportionnelles à l’opposition populaire, le gouvernement Couillard étant plus sensible à la grogne, à deux ans du prochain scrutin.

Lire sur Le Soleil

Projet de loi 106 : la politique énergétique du gouvernement du Québec scrutée (Audio)

ICI Radio-Canada :

Une commission parlementaire sur le projet de loi 106 définissant la politique énergétique du Québec des prochaines années s’est tenue la semaine dernière. Les auditions ont permis de constater les grandes divergences d’opinions à l’égard de ce projet de loi, de la demande de son retrait pur et simple à son encensement. Les municipalités sont particulièrement inquiètes des pouvoirs que conservent les pétrolières quant à l’utilisation du sous-sol. Michel Lacombe et ses invités tentent de comprendre les intentions du gouvernement et les inquiétudes de la communauté.

Invités:

Pierre Arcand, député de Mont-Royal, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, ministre responsable du Plan Nord et de la région de la Côte-Nord

Richard Lehoux, président de la Fédération québécoise des municipalités (FQM), maire de Saint-Elzéar et préfet de la MRC de La Nouvelle-Beauce

Karel Mayrand, directeur pour le Québec et l’Atlantique de la Fondation David Suzuki, président de Réalité climatique Canada et membre du conseil d’administration du Centre québécois du droit de l’environnement

Éric Tétrault, président des Manufacturiers et exportateurs du Québec (MEQ)

Normand Mousseau, physicien théoricien, professeur au Département de physique et titulaire de la Chaire de recherche de l’Université de Montréal sur les matériaux complexes, l’énergie et les ressources naturelles, coprésident de la Commission des enjeux énergétiques du Québec, auteur de l’ouvrage Le défi des ressources minières et coauteur du rapport Maîtriser notre avenir énergétique, pour le bénéfice économique, environnemental et social de tous 

Écouter sur ICI Radio-Canada