Olivier Robichaud / Le Courrier du Sud :

ENVIRONNEMENT. Un promoteur immobilier souhaite une compensation monétaire de la part de Longueuil et Boucherville pour un projet résidentiel retardé par le nouveau schéma d’aménagement de l’agglomération. À défaut de quoi il souhaite se soustraire aux protections environnementales instaurées après 2008.

Selon la poursuite déposée au palais de justice de Longueuil, deux sociétés commanditées par le promoteur Michel Bolduc souhaitent bâtir des résidences dans le boisé Montbrun, situé entre la rue Montbrun, le chemin d’Anjou et le chemin de Touraine, à Boucherville. Le projet avance depuis au moins 2006.

La rainette faux-grillon, une espèce menacée, serait toutefois présente dans ce secteur, qui comprend un marais et un marécage. Malgré cela, le promoteur affirme avoir reçu un certificat d’autorisation du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP) en mai 2008.

Le promoteur aurait même cédé une partie des terres à la Ville de Boucherville pour la somme symbolique de 1$ afin de créer un «écoterritoire» adjacent aux futures résidences.

Lire sur Le Courrier du Sud