Pierre Lemieux, vice-président de l’Union des producteurs agricoles / Opinion, Le Nouvelliste : 

Je n’ai pas l’habitude de commenter publiquement le comportement d’un élu du gouvernement québécois, mais la situation actuelle dépasse l’entendement. D’autant plus que les agriculteurs québécois, qui souffrent deux fois plus que les autres de détresse psychologique, méritent mieux que des propos et des gestes qui frisent le mépris.

Un grand nombre de producteurs ont encore sur le coeur l’absence du ministre de l’Agriculture, Pierre Paradis, lors des récents galas de l’Ordre national du mérite agricole et du Temple de la renommée de l’agriculture du Québec. Bouder ces deux institutions du monde agricole québécois, qui récompensent les meilleurs d’entre nous et qui valorisent notre profession, est inacceptable de la part d’un ministre qui a le mandat de nous représenter. Son attitude lors de l’interpellation du 11 novembre dernier sur les changements annoncés au Programme de crédit de taxes foncières agricoles (PCTFA) l’était tout autant.

Lire sur Le Nouvelliste