La Presse Canadienne :

Alors qu’on se souvient de l’incendie majeur qui a dévasté il y a un an les forêts des environs de Fort McMurray, en Alberta, des chercheurs québécois avertissent que le Québec n’est pas à l’abri. Un risque qui aura un impact grandissant sur la quantité de bois disponible pour l’exploitation forestière.

Avec le réchauffement climatique, la sécheresse du territoire québécois va augmenter dans les prochaines années, tout comme les incendies de forêt, a soutenu mercredi le professeur et chercheur Yves Bergeron.

L’homme est affilié au Département des sciences biologiques de l’UQAM et à l’Institut de recherche sur les forêts de l’UQAT, et est aussi titulaire de la chaire de recherche du Canada en écologie et aménagement forestier durable. Il a présenté mercredi des résultats de recherche dans la foulée du colloque du Centre d’étude de la Forêt, qui s’est tenu plus tôt cette semaine, et au consortium de recherche Ouranos sur la climatologie régionale et l’adaptation aux changements climatiques.

Lire sur La Presse