Jean-François Cliche / Le Soleil :

(Québec) Les avocats d’Anacolor sont des gens très occupés par les temps qui courent. En plus des recours que l’entreprise mène elle-même, l’usine de Cap-Rouge est maintenant visée par un recours collectif réclamant entre 9500 $ et 14 000 $ par personne pour les résidents des environs.

L’avocate qui pilote le dossier, Anne-Julie Asselin, dit ne pas encore avoir eu le temps de dénombrer les personnes qui pourraient être incluses dans la requête, «mais je sais que ça se compte par centaines, d’autant plus que ça comprend les enfants de l’école primaire [Marguerite-D’Youville, à 350 mètres de l’usine] et d’un CPE», indique-t-elle. La requête touche une bonne cinquantaine de rues, en entier ou en partie, selon le cas.

Pratiques critiquées

Anacolor exploite depuis plus de 40 ans une usine de peinture de pièces architecturales sous le pont ferroviaire de Cap-Rouge, dans ce qui est devenu, avec le temps, un quartier résidentiel. Après avoir augmenté sa production, fin 2012, l’usine a provoqué de nombreuses plaintes du voisinage à cause d’odeurs de peinture. Des analyses du ministère de l’Environnement (MDDELCC) ont montré qu’il y avait bel et bien des dépassements de normes pour des «composés organiques volatils» (COV), qui servent de solvants. Dans un rapport rendu public l’été dernier, la Santé publique s’est dite d’avis que les concentrations mesurées pouvaient avoir des effets physiologiques (maux de tête, nausées, etc.) sur la population exposée, bien que les seuils toxiques ne soient pas atteints.

Lire sur Le Soleil

Anacolor: les résidents de Cap-Rouge veulent un recours collectif

Kathleen Frenette / Le Journal de Québec :

(…)

Si, en 2012, le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques a reçu deux plaintes, ce nombre a bondi à 65 en 2015 en raison «d’émission de fumée et de fortes odeurs en provenance du site Anacolor», est-il mentionné dans la demande.

Des données prises dans un rapport de la Direction de santé publique font également état que l’exposition «à des odeurs de solvants, de teinture et de peinture entraîne des symptômes tels que: sensation d’étouffement, de manque d’air, d’étourdissements et de maux de tête», mais qu’ils peuvent aussi avoir des «effets nocifs à long terme sur la santé des plaignants et de leurs enfants».

Lire sur Le Journal de Québec

Québec Hebdo : Recours collectif déposé contre Anacolor

ICI Radio-Canada : Demande de recours collectif contre Anacolor