TVA Nouvelles :

À Montréal, tout le monde le sait, on fabrique des avions de A à Z. Et pourquoi ne pas aussi faire complètement l’inverse? Actuellement, les compagnies ne savent pas trop quoi faire de leurs vieux avions. Après 25 ou 30 ans de vol, les appareils sont la plupart du temps envoyés dans le désert de Mojave, en Californie, où le climat très sec ralentit la corrosion. Il y en a à perte de vue: des centaines d’avions à la retraite, qui attendent d’être démantelés. À l’École de technologie supérieure, ce week-end, les dirigeants de l’industrie aéronautique de chez nous ont lancé un défi à des étudiants: comment récupérer un avion à 100 %? «Ça se fait déjà en France, ça se fait aux États-Unis. Eux ne récupèrent pas à 100 %, mais avoir un pôle vraiment dédié à ça dans la région de Montréal à la limite, je pense qu’il y a de l’argent à faire là-dedans. Aux environs de 2030, je pense que ça pourrait être faisable», souligne Alexandre Moreau, un participant au concours.

Lire sur TVA Nouvelles