Alexandre Shields / Le Devoir :

Le gouvernement Trudeau a annoncé mardi la mise sur pied d’un comité de cinq personnes qui devra lui « recommander des moyens de moderniser » l’Office national de l’énergie. Selon ce qu’a constaté Le Devoir, trois de ses membres ont travaillé dans des organisations liées à des entreprises du secteur des pipelines, dont TransCanada. (…)

Le comité mis sur pied par le gouvernement Trudeau sera co-présidé par Hélène Lauzon, présidente du Conseil patronal de l’environnement du Québec (CPEQ). Cette organisation, qui « a pour mission de représenter les intérêts de ses membres en matière d’environnement et de développement durable », compte plusieurs entreprises de l’industrie des énergies fossiles comme « membres votants ».

Parmi ces entreprises, on compte TransCanada Pipelines, Enbridge Pipelines, Valero (propriétaire de la raffinerie de Lévis), la pétrolière Junex, Gaz Métro et Questerre (présidée par Michael Binnion, le président de l’Association pétrolière et gazière du Québec). L’autre co-président du comité, Gary Merasty, est directeur de Canada West Foundation. Cette organisation fait la promotion de l’exploitation du pétrole et du gaz naturel, mais aussi de la construction de nouveaux pipelines depuis plusieurs années. Cette organisation, basée à Calgary, a notamment plaidé en faveur du projet de pipeline TransMountain, vers la côte ouest.

Lire sur Le Devoir

Une défenseure des pipelines pour moderniser l’Office national de l’énergie

La Presse Canadienne :

Ottawa nomme une défenseure de l’industrie du pipeline sur le comité chargé de la modernisation de l’Office national de l’énergie (ONÉ), un geste qui fait sourciller. Car Brenda Kenny a déjà confié en entrevue «regretter» de ne pas avoir vu de nouveaux pipelines être construits alors qu’elle était présidente de l’Association canadienne de pipelines d’énergie (ACPE). (…)

Parmi ces experts, on compte Mme Kenny, qui a occupé de 2008 à 2016 le poste de présidente et chef de la direction de l’Association canadienne de pipelines d’énergie (ACPE). Lors d’une entrevue à la CBC le 6 janvier dernier pour souligner la fin de son mandat, elle n’a pas caché son parti pris en faveur de la construction de nouveaux oléoducs. À la question «regrettez-vous de ne pas être parvenue à ce qu’un nouveau pipeline destiné à l’exportation soit construit sous votre mandat?», Mme Kenny a répondu par l’affirmative.

Lire sur La Presse