Baptiste Ricard-Châtelain / Le Soleil :

(Québec) Le monde agricole a besoin d’une réforme : les systèmes de gestion de la production par quotas sont contestés, la moitié des terres ne sont pas cultivées, les nouveaux venus peinent à se lancer en affaires face aux grosses exploitations.

Voilà des thèmes qui seront abordés par un nouveau groupe de réflexion québécois dans l’espoir d’offrir aux décideurs des pistes pour sortir du marasme. En gestation depuis un an, l’Institut Jean-Garon, créé en mémoire de l’ancien ministre indépendantiste, a ainsi été mis officiellement sur les rails mercredi.

«L’idée, c’est d’avoir un institut qui reste indépendant de tous les partis politiques, simplement dans l’intérêt des Québécois», explique la femme qui a accompagné M. Garon durant ces longues années de politique, Judith «Judi» Garon. Faire de la recherche, brasser les idées, avant de trancher. Un peu comme son mari le faisait avant de prendre position, dit-elle.

Lire sur Le Soleil