Joëlle Carle, Trois-Rivières / Opinion, Le Nouvelliste :

Personnellement, je suis restée peu ébranlée de la récente «crise des déchets» à Trois-Rivières et de l’arrêt possible de leur collecte. À part une crainte que des gens se (re)mettent à utiliser forêts et fossés comme dépotoirs à ciel ouvert, la nouvelle ne m’a nullement dérangée. Au contraire, je vois cette «crise» comme une incitation à changer nos habitudes et à rappeler que des solutions simples et durables existent. Pourquoi jeter lorsqu’on peut refuser, réduire, réutiliser, valoriser et recycler? Autant de solutions qui, appliquées à l’ensemble de la population, transformeraient cette «crise» en bienfait social.

Lire sur Le Nouvelliste