Alexandre Shields / Le Devoir :

Ils sont aujourd’hui moins d’une centaine, vestiges d’une population qui a déjà peuplé un vaste territoire du nord-est de l’Amérique du Nord. Au seuil de l’extinction, les caribous de la Gaspésie sont aussi plus que jamais soumis aux pressions de l’activité humaine, notamment les impacts de l’industrie forestière. Et à moins qu’on mette rapidement en place des solutions, tout indique qu’ils sont condamnés. Ils étaient à peine cinq au sommet du mont Jacques-Cartier lors du passage du Devoir sur la plus haute montagne du sud du Québec. Des caribous montagnards, facilement visibles au milieu de ce paysage quasi lunaire de toundra alpine, juchés à plus de 1270 mètres d’altitude. Un milieu qui, s’il peut sembler hostile, n’en constitue pas moins un élément essentiel de l’habitat de ces cervidés.

Lire sur Le Devoir