Andréanne Larouche / Le Journal de Québec :

Un millier d’emplois consolidés, mais au détriment de l’environne­ment et de la qualité de vie de certains citoyens. La population du Saguenay–Lac-Saint-Jean a réellement de quoi être déchirée devant l’ultimatum que propose Rio Tinto pour maintenir l’usine Vaudreuil en vie pendant encore 25 ans. Avec les critiques envers sa gestion du niveau du lac Saint-Jean, Rio Tinto mène présentement un combat sur deux fronts. L’Usine Vaudreuil de Jonquière, qui produit de l’alumine depuis 1936, est à la croisée des chemins et son avenir soulève également les passions dans la région.

D’ici 2022, son lac de boues rouges, c’est-à-dire le site où les résidus de bauxite sont entreposés, sera plein, ce qui pourrait bien signifier la fin des opérations. Rio Tinto travaille toutefois depuis 2015 pour éviter ce scénario.

Lire sur Le Journal de Québec