Camille Martel / Radio-Canada :

Quand on pense aux pétrolières, on pense au CO2, ce gaz à effet de serre qui fait souvent les manchettes, mais on oublie souvent les composés organiques volatils. Ces gaz nocifs pour la santé sont libérés en quantité beaucoup plus importante que ce que l’on croyait par les sables bitumineux de l’Alberta, selon une étude.

L’étude démontre que les méthodes d’évaluation de rejet des polluants sont inadéquates, selon l’auteur principal de l’étude, Shao-Meng Li, d’Environnement et Changement climatique Canada.

« C’est plutôt compliqué d’avoir une idée juste de la concentration des composés organiques volatils », indique le chercheur.

Lire sur Radio-Canada