Jean Morrisset – Poète, écrivain et professeur honoraire au Département de géographie de l’UQAM / Opinion, Le Devoir :

Pourtant, ce lieu a une mémoire. Ce lieu a une histoire.

Quiconque visite les aires d’opération de Syncrude et Suncor à Fort McMurray en ressort avec l’étrange malaise de vivre un mensonge consenti où les mots eux-mêmes sont pervertis. Sous le prétexte de prouesses techniques et de réalisations d’ingénierie offertes à l’admiration crédule, on se retrouve sur un terrain de guerre et de champs minés s’apparentant à une opération militaire perpétrée contre la terre — et contre les Nations premières qui en ont été chassées par la mise en sédentarité forcée. On se demande alors si ce n’est pas par autodérision et pour se moquer d’elle-même qu’une société se désigne sous le nom de Suncor, « corporation solaire » ? Alors que ses activités empêchent toute lumière naturelle et tout soleil de pénétrer ses quartiers d’exploitation. Tant les fumures blafardes et les vapeurs nauséeuses qui s’en dégagent entretiennent une brume gluante et gélatineuse à faire pâlir de jalousie tous les fabricants d’enfer de la planète.

Lire sur Le Devoir