Alexandre Shields / Le Devoir :

Les inondations qui frappent le Québec n’ont pas provoqué d’importants dégâts chez les agriculteurs, mais ceux-ci n’en subissent pas moins les contrecoups des précipitations exceptionnellement abondantes des dernières semaines. Une situation qui devrait affecter les rendements de cette année.

Pour le directeur général des Producteurs de grains du Québec, Benoit Legault, il est évident que la saison agricole 2017 accuse déjà un retard important par rapport à la normale. Mais celui-ci n’est, pour l’essentiel, pas provoqué par les inondations printanières.

« Ce qui nous touche le plus, ce sont les précipitations anormalement élevées de mars et d’avril, mais aussi le fait que ça semble vouloir se poursuivre en mai », a-t-il expliqué mardi.

Le Devoir

La Terre de Chez nous : Inondation : des producteurs sur les dents