Manon Cornellier / Le Devoir :

La tragédie de Lac-Mégantic a eu l’effet d’un électrochoc dans le milieu de la sécurité ferroviaire. Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) n’a d’ailleurs pas tardé à mettre au jour de nombreux problèmes en la matière, dont les méthodes de freinage utilisées pour immobiliser les trains laissés sans surveillance. Ottawa a modifié les règles, mais une hausse des incidents signalés depuis deux ans soulève des questions. Le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, répète avec insistance que la sécurité ferroviaire est SA priorité. C’est tant mieux, car le ménage entrepris après le déraillement qui a coûté la vie à 47 personnes à Lac-Mégantic, il y a presque trois ans, est loin d’être terminé. Des cinq recommandations faites par le BST en 2014, une seule a reçu une « attention entièrement satisfaisante » aux yeux du Bureau. Ce qui veut dire, dans son jargon, que « l’action prise permettra de réduire considérablement la lacune ou de l’éliminer ».

Lire sur Le Devoir