Geneviève Quessy / Le Journal de Montréal :

Il faut épandre 25% moins de produit

SAINT-PAUL-DE-JOLIETTE | Une entreprise de Lanaudière est convaincue d’avoir trouvé le bon mélange afin de rendre l’épandage d’abrasifs plus écologique sur les routes du Québec.

Grâce à un mélange novateur composé de gros sel mélangé à un liquide habituellement utilisé comme abat-poussière sur les routes, sa texture humide lui permet d’adhérer à la chaussée sans rebondir, limitant ainsi les pertes et la dispersion vers l’accotement. Cela permet d’épandre environ 25 % moins de produit.

Luc Delangis, le président des Entreprises Bourget, est convaincu que, tôt ou tard, les administrations publiques comme les villes ou le ministère des Transports devront utiliser ce type de produit.

Selon l’homme d’affaires, son nouveau produit déglaçant, «le sel écologique Bourget», un gros sel humide teinté en vert, permettrait de limiter la quantité totale de rejet de ces produits dans notre paysage.
Casse-tête

Circuler en toute sécurité dans la neige et le verglas fait partie de nos préoccupations quotidiennes en cette saison hivernale. Pour les administrations publiques et les entreprises qui assurent l’entretien des routes, il s’agit également d’un casse-tête écologique. Le sodium et les abrasifs étendus contaminent l’environnement, entre autres en modifiant le pH des cours d’eau.

Lire sur Le Journal de Montréal