Agence QMI :

OTTAWA – La pétrolière Shell Canada reconnaît avoir enfreint la loi électorale en refusant d’accorder à des employés le temps nécessaire pour aller voter le jour du scrutin, lors des dernières élections fédérales, en octobre 2015.

En vertu de la loi, les employés canadiens doivent bénéficier, pendant leurs heures de travail, de trois heures consécutives pour aller voter.

Mais un responsable chez Shell avait refusé d’accorder cette période de temps obligatoire à ses employés, puisque ces derniers avaient obtenu un congé payé pour se rendre dans un bureau de vote par anticipation, quelques jours avant la date du scrutin.

Lire sur Le Journal de Montréal